Guyane : Mise à disposition de la propagande électorale dans les mairies

En Guyane, la propagande électorale est à consulter en mairie.
En Guyane, la propagande électorale est à consulter en mairie.

La Commission nationale de contrôle de la campagne électorale (Cnccep) dit prendre acte de l’impossibilité d’expédier la propagande électorale des candidats à l’élection présidentielle — qui est disponible sur son site — aux électeurs guyanais avant le premier tour de scrutin et recommande qu’elle soit tenue à la disposition du public dans les mairies « dans le respect du principe d’égalité entre les candidats ».

Aux termes du décret n° 2001-213 du 8 mars 2001 portant application de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l’élection du président de la République au suffrage universel, chaque candidat, rappelle la Commission dans un communiqué, peut faire envoyer aux électeurs, avant chaque tour de scrutin, le texte de ses déclarations après avoir été par elle « validé » et il lui appartient d’en assurer l’impression et l’acheminement dans chaque département, étant précisé que le coût du papier, de l’impression et de cet acheminement lui est remboursé par l’État et que la mise sous pli et l’envoi aux électeurs sont pris en charge par chaque commission locale de contrôle.

En Guyane, comme dans tous les autres départements, la date-limite pour le dépôt desdites déclarations auprès de la commission locale de contrôlé avait été fixé à lundi 10 avril à 12 heures et les candidats avaient prévu l’acheminement de leur matériel électoral par vol du 5 ou 6 avril mais en raison de l’annulation du vol du 6 avril et des graves perturbations qui ont affecté le transport aérien vers la Guyane les jours suivants, seuls les quatre candidats qui ont utilisé le vol du 5 avril ont été en mesure de respecter le délai imparti, le matériel électoral des sept autres n’est arrivé en Guyane qu’hier, 11 avril.

La Commission de contrôle estime que même si « des moyens supplémentaires étaient dégagés en urgence pour procéder à la mise sous pli dans un délai resserré », la propagande électorale ne pourrait pas aux électeurs guyanais avant la veille du premier tour de scrutin au plus tard et elle dit constater « l’impossibilité d’expédier les circulaires des candidats aux électeurs guyanais avant le premier tour de scrutin ». Elle rappelle que ces déclarations et leurs enregistrements sonores sont disponibles sur son site et recommande qu’elles puissent être « dans les meilleurs délais, acheminées dans les mairies par les services de l’État et tenues à la disposition des électeurs de façon non discriminatoire ».