Aller au contenu principal

Théâtre : Dernières notes - La dernière soirée de Romain Rolland

Par Alfredo Allegra | LEXTIMES.FR |
Dernières notes - La dernière soirée de Romain Rolland, au Studio Hébertot. Photo Steve Bouteiller / Captation.fr Dernières notes - La dernière soirée de Romain Rolland, au Studio Hébertot. Photo Steve Bouteiller / Captation.fr

« Dernières notes - La dernière soirée de Romain Rolland », de Michel Mollard. Mise en scène par François Michonneau. Avec Guilhem Fabre (Romain Rolland). Au Studio Hébertot1 . Jusqu'au 22 octobre 2023. 85'.

  • 1Studio Hébertot, 78 bis boulevard des Batignolles, Paris-17e. M° Villiers ou Rome. Du jeudi au samedi à 19h et le dimanche à 17h. 33 €. Rés.: 01 42 93 13 04.

La veille de Noël 1944, six jours avant sa mort, Romain Rolland (1866-1944) est seul chez lui — Macha, son épouse, l’ayant laissé à ses réflexions le temps d’aller assister à la messe de Minuit — à Vézelay, en Bourgogne, où il s’est installé juste avant-guerre et c’est l’occasion rêvée pour le fin musicologue et prix Nobel de littérature 1915 de se livrer, à proximité de son piano qu’il gratifie de quelques notes de temps en temps, à une minutieuse introspection sur toutes les questions qui le hantent depuis toujours, que ce soient le pacifisme, les totalitarismes, la religion, le rôle des intellectuels en politique ou le devenir de la France et de l’Europe, avant de jouer une version quelque peu personnelle de la dernière sonate pour piano, l’opus 111, de Ludwig van Beethoven à qui il a consacré une grande partie de son œuvre et à qui il finit par s’identifier.

Deux raisons ont poussé, explique l’auteur, Michel Mollard, à transposer la dernière soirée de l’historien-écrivain-musicologue en pièce de théâtre2 . La première est la lecture de son Journal3 où il y a consigné « de longues réflexions » et la seconde est sa rencontre avec Guilhem Fabre qui a le mérite d’être un pianiste « à même d’interpréter une des œuvres les plus redoutables du répertoire » et un comédien « susceptible d’endosser un rôle dense en portant un texte de mémoire ».

Il y a bien un Guilhem Fabre, sinologue, économiste et professeur à l’université du Havre, né il y a 71 ans dans le Vaucluse, qui, physiquement, aurait sans doute pu faire l’affaire sans être grimé mais le pianiste-comédien Guilhem Fabre qui a croisé le chemin de l’auteur a à peine la trentaine et aurait peut-être gagné un peu plus en crédibilité en le grimant en vieillard de quatre-vingts ans pour coller davantage au personnage.

 

  • 2 Dernières notes - La dernière soirée de Romain Rolland, Michel Mollard, éd. Nuvis, août 2023, 68 p. 10 €.]
  • 3Journal de Vézelay 1938-1944, Romain Rolland, mis en forme par Jean Lacoste, éd. Barillet, Paris, nov. 2012, 1175 p., 39 €.

Ajouter un commentaire