Actualités

Benoe.fr, le site événementiel de la société Élephants & Co. Capture d'écran.
Le gérant de la société Elephants & Co, Nicolas Clauzon, a écrit mardi aux 828 membres de la communauté Unilend qui lui ont prêté, au mois de mai dernier, 60 000 euros pour 36 mois au taux moyen de 6,3 % pour leur proposer « en avant-première » de souscrire une ou plusieurs actions de sa société au prix de 380 euros pièce via la plateforme de financement participatif Happy-capital.com à l’occasion d’une augmentation de capital qui leur est réservée à concurrence de 250 000 euros. Faut-il souscrire ?
Marine Le Pen. Capture d'écran.
À l’inverse de François Fillon qui a promis de ne pas briguer la magistrature suprême en cas de mise en examen, Marine Le Pen se fait, en revanche, une très haute idée de la présomption d’innocence et ne renoncera à l’Élysée que si elle y est contrainte et forcée par la justice. Au dernier pointage, la candidate frontiste est impliquée dans pas moins de quatre affaires.
Antonin Lévy et Pierre Cornut-Gentille, conférence de presse, 9 févr. 2017.
Les avocats de Pénélope et François Fillon, respectivement Pierre Cornut-Gentille et Antonin Lévy, ont annoncé hier, lors d’une conférence d’une presse, qu’ils ont demandé au parquet national financier (PNF) de « se dessaisir » de l’ « enquête illégale » dont il s’est autosaisi, le 25 janvier, dès la parution du premier article dans le Canard Enchaîné.
Emmanuel Macron recrute pour les législatives.
Le conseil d’administration du mouvement En marche ! d’Emmanuel Macron annonce avoir arrêté la composition de sa commission nationale d’investiture qui aura pour tâche « d’identifier les candidats du mouvement aux prochaines élections, notamment les législatives de 2017 ».
François Fillon se plaint d'être lynché par le tribunal médiatique depuis une quinzaine de jours. LexTimes publie volontiers sa Lettre aux Français pour rétablir les droits de la défense auxquels le journal est fort attaché.
François Fillon, 6 février 2016. Capture d'écran Jon Helland/LexTimes.
Après dix jours de tourmente médiatique, François Fillon a convié toute la presse nationale et internationale pour s’expliquer sur des pratiques qu’il juge « légales et transparentes » mais qui ne sont plus « acceptées » par les Français et s’en est « excusé » sans néanmoins aller jusqu’à proposer de restituer les sommes perçues par son épouse et ses deux enfants qu’il considère être « la juste contrepartie d’un travail » dont il est le seul juge et maître pour en apprécier la réalité et l’effectivité.
École de formation du barreau de Paris.
Le Conseil national des barreaux (CNB) a adopté lors de son assemblée générale de vendredi et samedi derniers, une résolution concernant la « collaboration qualifiante » de l’élève-avocat ainsi qu’une « augmentation substantielle » des droits d’inscription dans les écoles de formation, selon l’Union des jeunes avocats qui dénonce une « restriction inacceptable de l’accès à la profession ».
Meeting François Fillon, Porte de la Villette, 29 janv. 2017. Photo Jon Helland/LexTimes.
Attaqué depuis quelques jours sur des émoluments perçus par son épouse Pénélope pour des postes présumés fictifs d’assistante parlementaire et de conseillère littéraire, le candidat LR à la présidentielle François Fillon a maintenu dimanche son meeting à la Porte de la Villette où près de 15 000 personnes auraient fait le déplacement au lieu des 10 000 initialement prévus.
Conférence des bâtonniers.
« Lorsque l’on veut parler avec les avocats, il est impossible d’avoir un interlocuteur unique » car la profession est tailladée entre le Conseil national des barreaux (CNB), le barreau de Paris et la Conférence des bâtonniers, selon le ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas qui a mis les pieds dans le plat à l’occasion d’un discours prononcé hier lors de l’assemblée générale de la Conférence des bâtonniers, en soulignant que le premier revendique sa supériorité de la loi, le second du nombre de ses membres et la troisième de l’ancrage sur le territoire.
Emmanuel Macron recrute pour les législatives 2017.
Au pinacle ou non à compter du mois de mai prochain, Emmanuel Macron compte bien investir massivement le Palais Bourbon dès le mois suivant et lance un appel sur son site à participer « à une majorité de projet » pour représenter le mouvement qu’il a créé il y a moins d’un an, En Marche !, lors des élections législatives qui suivront l’élection présidentielle.

Pages

S'abonner à Actualités