Crowdfunding : Investir ou donner intelligemment

Le « crowdfunding », financement participatif en français, permet de participer au financement d’un projet sur internet. Ce nouveau mode d’investissement vient d’être réglementéOrdonnance n° 2014-559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif, J.O., n° 125, 31 mai 2014, p. 9075, n° 14. en France pour une meilleure protection des investisseurs, explique l'Autorité des marchés financiers (AMF) dans une fiche pratique mise en ligne hier sur son site. Mais est-ce un bon moyen d’investir pour vous ? Le point en trois questions.

Qu’est-ce que le crowdfunding ?
Le crowdfunding vous permet d’investir de l’argent, via un site internet, dans un projet que vous avez choisi. C’est d’abord un investissement de conviction : vous placez votre argent dans des initiatives qui ont du sens pour vous, vous tiennent à cœur, correspondent à vos aspirations et à vos valeurs.

Si vous investissez directement dans une société non cotée (crowdfunding en titres), c’est également une façon de diversifier votre épargne, tout en ayant conscience des risques.

Comment investir dans ce cadre ?
Vous avez plusieurs possibilités en fonction de ce que vous recherchez : prêter de l’argent à une entreprise ou un particulier, avec ou sans intérêt ; effectuer un don, avec ou sans contrepartie (par exemple un cadeau, une place de concert, etc...) ; investir en actions ou en obligations d’une société non cotée. L’investissement se fera directement dans la société ou indirectement (via une société holding qui investit dans la société que vous ciblez).

Dans le cas d’un investissement en actions ou en obligations, des avantages fiscaux existent si vous conservez vos titres pendant une certaine durée.

Quelles sont les précautions à prendre ?
Avant tout, vérifiez que les plates-formes de financement participatif par souscription de titres financiers sont bien autorisées en France en tant que prestataire de services d’investissement (PSI) ou immatriculées en tant que conseiller en investissement participatif (CIP) à l’Orias (registre unique des Intermédiaires en assurance, banque et finance).

Mais il faut savoir que financer des projets de crowdfunding, c’est le plus souvent un investissement risqué où on peut perdre tout son capital. Et il ne s’agit pas de placements traditionnels que l’on peut revendre facilement… Renseignez-vous donc sur les caractéristiques précises du projet que vous avez choisi, les obligations du site internet et du porteur de projet, les frais, la façon dont vous pourrez revendre vos titres, etc... La plate-forme doit vous fournir toutes les informations utiles pour vous aider à bien investir ou à bien donner.