One man show : Tic-Tac, 20 ans de magie et de rêve, la vie extraordinaire de Dani Lary

Dany Lary, à l'Olympia, les 3 et 4 mars 2018.
Dany Lary, à l'Olympia, les 3 et 4 mars 2018.

« Tic-Tac, 20 ans de magie et de rêve, la vie extraordinaire de Dani Lary » de et avec Dani Lary. À l'OlympiaL'Olympia, 28 boulevard des Capucines, Paris-9e. M° Madeleine ou Opéra. Samedi 3 mars à 16h30 et 20h30 et dimanche 4 mars à 16h30. De 25 à 70 €., les 3 et 4 mars 2018. 120'. Dani Lary « s’est blessé hier [28 février 2018, ndlr] lors des répétitions (2 vertèbres cassées), et les représentations de ce week-end sont annulées… », nous écrit, jeudi 1er mars, dans un courriel, son attaché de presse Xavier Chezleprêtre.

Avec son tout premier spectacle présenté à l’âge de 8 ans et devenu quasi illusionniste professionnel cinq ans plus tard, à l’âge de 13 ans, Dani Lary, 59 bougies sur son dernier gâteau, a, à son actif, plus de 40 ans de métier, et revient à l’Olympia pour deux jours seulement, les 3 et 4 mars, samedi et dimanche prochains, avec un tout nouveau (et probablement dernier) spectacle intitulé « Tic-Tac, 20 ans de magie et de rêve, la vie extraordinaire de Dani Lary », un pot-pourri de ses créations des vingt dernières années pour le Plus grand cabaret du monde de Patrick Sébastien et la scène, dont notamment le piano volant et le passage à travers la matière.

Tic-Tac, c’est en fait son histoire à lui, celle d’un gamin d’immigrés algériens que rien ne prédestinait à devenir un grand magicien-illusionniste en découvrant par hasard, dans le grenier, une boîte de magie à l’âge de 8 ans.

Dani Lary, auteur-compositeur-interprète de ses tours, va se mettre à nu — ou presque — ce week-end en livrant « 50 ans d’anecdotes et raconter la face cachée de ses "histoires" » avant de passer le flambeau à son fils, en même temps qu’il dit vouloir rendre, à cette occasion, un hommage appuyé à son mentor et maître à penser, Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871), le père et maître de la magie moderne qu’il vénère comme un Dieu pour être, selon lui, « le plus grand à l’échelle mondiale ».

Il y a en effet, dit-il, un avant et un après Robert-Houdin. Et puis, Tic-Tac, c’est également la montre de Robert-Houdin qui était également un horloger « hors pair ».