Aller au contenu principal

Spectacle musical : Marthe Richard est la Veuve Champagne

Par Alfredo Allegra | LEXTIMES.FR |
La Veuve Champagne, au théâtre de la Huchette. Photo Lot. La Veuve Champagne, au théâtre de la Huchette. Photo Lot.

« La veuve Champagne », de et mise en scène par Dominique Scheer-Hazemann. Avec Yvette Caldas (Marthe Richard), Milena Marinelli (Lily) et Stéphanie Mathieu (Marthe Richard). Au théâtre de la Huchette1 . Jusqu'au 4 octobre 2019. 90'.

  • 1Théâtre de la Huchette, 23 rue de la Huchette, Paris-5e. M° Saint-Michel. Du mardi au vendredi à 21h et le samedi à 16h et 21h. 28 €. Rés.: 01 43 26 38 99.

Prostituée, aviatrice, espionne et femme politique, Marthe Richard (1889-1982) a été autant glorifiée que vilipendée et est surtout connue pour être à l’origine — alors qu’elle n’était que conseillère municipale de Paris — de la loi du 13 avril 1946 dite « loi Marthe Richard » qui sonne le glas de toutes les maisons closes de France en abolissant le régime de la prostitution réglementée qui existait depuis 1804.

L’ancienne prostituée, élue conseillère dans le 4e arrondissement de Paris, avait en effet déposé le 13 décembre 1945 devant le Conseil municipal de Paris un projet pour la fermeture des maisons closes de la capitale qui avait été adopté le 20 décembre 1945 et le préfet de police Charles Luizet fit exécuter la mesure aussitôt en donnant, aux 190 maisons du département de la Seine, trois mois, soit jusqu’au 15 mars 1946 au plus tard, pour fermer. Encouragée par ce résultat et soutenue par le ministre de la santé publique et de la population Robert Prigent, Marthe Richard commence alors une campagne de presse pour que soit adoptée une loi généralisant ces mesures à toute la France.

Après un rapport présenté le 9 avril 1946 par le député Marcel Roclore au nom de la Commission de la famille, de la population et de la santé publique concluant « à la nécessité de la fermeture des maisons closes », le député Pierre Dominjon dépose une proposition de loi dans ce sens qui sera adoptée dès le 13 avril 1946 et la fermeture, sans indemnisation, des maisons closes sera appliquée à compter du 6 novembre 1946.

C’est cette trame historique qui fait encore débat sur la nécessité de la fermeture des maisons closes hier et de leur réouverture aujourd’hui qui sert de toile de fond à Dominique Scheer-Hazemann pour ce spectacle semi-musical qui met en scène deux Marthe Richard, l’une, la femme politique qu’elle est en 1945 et, l’autre, son « double oublié dans un passé dont elle ne veut plus » dans l’espoir qu’à deux, elles pourront « trouver les arguments nécessaires à la rédaction de [cet arrêté municipal] ». La tâche n’était pas facile, la démarche a le mérite de relancer le débat.

 

Ajouter un commentaire