Théâtre : Les fourberies de Scapin

Les fourberies de Scapin, à Versailles, aux Grandes Écuries. Photo Jon Helland/LexTimes.
Les fourberies de Scapin, à Versailles, aux Grandes Écuries. Photo Jon Helland/LexTimes.

« Les fourberies de Scapin » (1671), de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673). Mise en scène par Emmanuel Besnault. Avec Benoît Gruel (Sylvestre), Schemci Lauth (Géronte, Octave), Geoffrey Rouge-Carrassat (Scapin), Deniz Turkmen (Hyacinthe, Zerbinette, Nérine) et Manuel Le Velly (Argante, Léandre). À Versailles, aux Grandes Écuries, le 24 juin 2018 à 17h00. 70’.

Dans le cadre du Mois Molière qui se tient à Versailles jusqu’à la fin de ce mois, à l’initiative de son maire, François de Mazières, qui a plusieurs cordes à son arc et en est également le directeur artistique, cinq talentueux comédiens de la Compagnie l’Éternel Été, en résidence à Versailles depuis le festival off d’Avignon de l’an dernier où François de Mazières les a découverts et les a pris à demeure, s’en donnent à cœur joie dans ces Fourberies assez musicales et quelque peu revisitées.

Comme dans la version d’origine, il s’agit de deux amis, Octave et Léandre, qui ont, chacun, épousé, sans le consentement et pendant l’absence de leur père, Géronte et Argante, une jeune femme, Hyacinthe et Zerbinette, de naissance inconnue dont ils étaient tombés follement amoureux. Argante, le père d’Octave, rentre de voyage avec, dans ses bagages, une femme qu’il destine à son fils et c’est là que le fourbe Scapin, valet rusé mais généreux de Léandre, entre en scène et va déployer tout son art pour faire triompher la jeunesse et l’amour véritable.

La jeune troupe de comédiens aux talents et aux ressources multiples, qui rêve, on a bien compris, d’un été éternel, s’empare corps et âme de cette comédie tout public de Molière qu’elle revisite magistralement et on a ainsi droit, notamment, à un A far l'amore comincia tu de Raffaela Carrà désopilant et un tableau final qui vaut, à lui seul, le détour.

Une représentation à laquelle avait été convié LexTimes a eu lieu hier soir et une seconde et ultime représentation (dans le cadre de ce Mois Molière versaillais) aura lieu ce dimanche 24 juin à 17 heures. L’entrée est libre, c’est-à-dire gratuite, mais prévoyez d’arriver au moins 30 à 60 minutes avant le début du spectacle pour être certain de pouvoir y accéder.