Droit monétaire et financier

Standard & Poor's
La Commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a infligé une sanction pécuniaire de 90 000 euros à Lucas Sévenin, analyste chez Standard & Poor’s, pour avoir utilisé une information privilégiée concernant le titre Vallourec alors même qu’il était le principal interlocuteur de Vallourec, en charge de sa première notation puis de son suivi annuel.
Autorité des marchés financiers.
La Commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a infligé une sanction pécuniaire de 450 000 euros et une interdiction d’exercer une activité d’exécution des ordres pour compte de tiers pendant 10 ans à Sylvain Lemaire et une sanction de 496 000 euros à Marc Albert Obadia.
Kepler Cheuvreux
La Commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a condamné la société Kepler Cheuvreux à une sanction pécuniaire de 900 000 euros pour de multiples manquements et notamment « l’absence de séparation physique entre les analystes financiers et les vendeurs » alors qu’elle se présente comme « leader des acteurs indépendants » en matière de courtage et d’analyse financière.
Trecento Asset Management
La commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a infligé une sanction pécuniaire de 50 000 euros et un avertissement à la société Trecento Asset Management pour avoir « porté atteinte, de décembre 2012 à décembre 2015, à l’intérêt de [ses clients], les [avoir] traités de manière inéquitable et [avoir] délivré une information insuffisante tant sur le taux de la commission de surperformance […] qu’à l’occasion [de son] déplafonnement ».
Le secret bancaire
Le secret bancaire n’est pas un empêchement légitime lorsque la demande de communication de documents est dirigée contre l’établissement de crédit non en sa qualité de tiers confident mais en celle de partie au procès intenté contre lui en vue de rechercher son éventuelle responsabilité dans la réalisation de l’opération contestée, a jugé mercredi la Cour de cassation.
Une obligation de 500 francs des Grands Moulins de Nogent-sur-Marne.
La qualification d’ "obligation" n’est pas subordonnée à la garantie de remboursement du nominal du titre, a jugé hier la Cour de cassation.
BNP Paribas
La Commission des sanctions de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a infligé mardi dernier un blâme et une sanction pécuniaire de 10 millions d’euros à BNP Paribas à la suite d’un contrôle sur place qui s’est déroulé du 25 juin au 2 octobre 2015 ayant pour objectif d’analyser « ses pratiques en matière de déclaration de soupçon en France ». Le même jour, 30 mai 2017, l’association éditrice de LexTimes a reçu un appel de son banquier — qui se trouve être BNP Paribas — lui demandant des « précisions » sur « les relations entretenues avec les pays sous embargo tels que, par exemple, l’Iran et la Syrie » (sic !).
Conseil d'État
Le Conseil d’État a jugé que les sanctions pécuniaires de 500 000 euros et 30 000 euros prononcées par l’Autorité des marchés financiers (AMF) respectivement à l’encontre de la société commercialisant Legendre Patrimoine, Global Patrimoine Investissement (GPI), et de son président, Louis Sanguinetti, ainsi qu’à chacun d’eux l’interdiction d’exercer l’activité de conseiller en investissements financiers pendant une durée de trois ans, ne sont pas disproportionnées au regard de la « gravité et de la nature des manquements reprochés ».
Korian Medica
La Commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a infligé une sanction pécuniaire de 200 000 euros à l’ancien directeur financier de la société Korian et une sanction de 450 000 euros à l’ami à qui il avait confié et qui a utilisé l’information privilégiée concernant l’opération publique d’échange (OPE) de Korian sur Medica à l’automne 2013.
Caisse de crédit mutuel de Wattignies
La cour de cassation a approuvé une juridiction de proximité qui avait condamné une banque à rembourser à un client une somme de 838 euros au titre de trois opérations contestées effectuées frauduleusement sur son compte via le système de paiement à distance « payweb ».

Pages

S'abonner à Droit monétaire et financier