Inflation : Baisse de 0,3% au mois de septembre 2019 et +0,9% sur un an

Glissements annuels de l'indice des prix à la consommation (IPC), de l'inflation sous-jacente (ISJ) et de l'indice des prix à la consommation harmonisés. Source : Insee.
Glissements annuels de l'indice des prix à la consommation (IPC), de l'inflation sous-jacente (ISJ) et de l'indice des prix à la consommation harmonisés. Source : Insee.

En septembre 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) se replie, à -0,3 % sur un mois (après +0,5 % en août).

Ce repli résulte de celui, saisonnier, des prix des services (-1,3 % après +0,4 % en août), et dans une moindre mesure de celui des prix alimentaires (-0,5 % après +0,5 %). En revanche, les prix des produits manufacturés accélèrent (+1,5 % après +0,9 % en août) et ceux de l’énergie augmentent de 0,3 % après une stabilité le mois précédent. Enfin, les prix du tabac sont stables sur le mois.

Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont stables sur un mois, après +0,1 % en août et en juillet.

Sur un an, les prix à la consommation ralentissent faiblement, comme le mois précédent : +0,9 % en septembre après +1,0 % en août et +1,1 % en juillet. Cette légère baisse de l’inflation résulte d’un ralentissement des prix de l’alimentation et de l’énergie, en partie compensé par une accélération des prix des services et un recul moins marqué de ceux des produits manufacturés.

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente en septembre : +0,9 % sur un an, après +0,7 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) se replie à -0,4 % sur un mois après +0,5 % en août ; sur un an, il augmente de 1,1 %, après +1,3 % le mois précédent.

Net ralentissement des prix alimentaires sur un an

En septembre 2019, les prix de l’alimentation ralentissent nettement : +2,1 % sur un an après +3,1 % en août. Ceux des produits frais freinent fortement (+2,0 % après +8,5 % en août), du fait d’une décélération marquée des prix des légumes frais (+2,6 % après +16,8 %) et d’un repli des prix des fruits frais (-1,5 % après +1,0 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent à un rythme proche de celui du mois précédent (+2,1 % sur un an après +2,2 %).

Moindre inflation énergétique

L’inflation énergétique baisse en septembre (+0,2 % sur un an après +0,8 %). Les prix des produits pétroliers se contractent plus fortement que le mois précédent (-2,6 % sur un an après -1,9 %) : sur le mois, ils rebondissent (+0,8 % après -0,7 %), mais leur hausse est moins marquée que celle observée en septembre 2018 (+1,5 %). La baisse accentuée du prix du gaz (-3,4 % sur un an après -2,2 %) contribue aussi à minorer l’inflation énergétique.

Accélération des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services accélèrent à +1,2 %, après +1,1 % en août et en juillet. Les prix des services de communication sont en hausse sur un an pour la première fois depuis juillet 2018 : +0,9 % en septembre sur un an, après -0,5 %. De plus, les prix des « autres services » accélèrent (+1,7 % après +1,4 %). En revanche, ceux des services de transport ralentissent à +0,8 % sur un an après une accélération en août (+1,3 %), dans le sillage de ceux des transports aériens (+0,8 % après +2,8 %). Les prix des services de santé reculent de 0,3 % sur un an, après -0,1 % en août. Enfin, les prix des services liés au logement (loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères) augmentent de 0,8 % sur un an, comme en août.

Moindre recul des prix des produits manufacturés

Sur un an, les prix des produits manufacturés reculent moins fortement en septembre qu’en août : -0,7 % après -0,9 %. Cette moindre baisse résulte de celle des prix de l’habillement et chaussures (-1,2 % après -1,4 %). Les prix des « autres produits manufacturés » reculent de 0,1 % sur un an après -0,4 % en août, du fait d’un redressement du prix des voitures (+0,5 % sur un an après -0,5 %) et d’un recul atténué du prix des appareils ménagers (-1,2 % après -2,0 %). Enfin, la baisse des prix des produits de santé s’accentue à peine (-3,0 % sur un an après -2,9 %).