Inflation : Hausse de 0,1% au mois de mars 2020 et +0,7% sur un an

Glissements annuels de l'indice des prix à la consommation (IPC), de l'inflation sous-jacente (ISJ) et de l'indice des prix à la consommation harmonisés. Source : Insee.
Glissements annuels de l'indice des prix à la consommation (IPC), de l'inflation sous-jacente (ISJ) et de l'indice des prix à la consommation harmonisés. Source : Insee.

En mars 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,1 % sur un mois, après une stabilité le mois précédent. Les prix des produits manufacturés accélèrent (+1,4 % après +0,2 %), en lien avec la fin des soldes d’hiver en février.

Les prix du tabac augmentent de 6,6 %, compte tenu d’une hausse des taxes. En revanche, la baisse des prix de l’énergie s’accentue nettement (-3,9 % après -2,0 %), dans le sillage des cours des produits pétroliers. Les prix des services se replient de 0,2 %, après +0,2 % en février. Enfin, les prix de l’alimentation reculent de 0,1 %, après une stabilité le mois précédent. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation baissent de 0,6 % en mars, après -0,1 % en février.

Sur un an, les prix à la consommation ralentissent nettement, à +0,7 %, après +1,4 % en février. La forte baisse de l’inflation résulte d’un net repli des prix de l’énergie et des produits manufacturés et d’un ralentissement des prix des services et du tabac. Les prix de l’alimentation augmentent, sur un an, à peine plus vite qu’en février.

Baisse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue nettement en mars : +0,7 % sur un an, après +1,3 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) augmente de 0,1 % sur un mois, après une stabilité en février ; sur un an, il ralentit fortement, à 0,8 %, après +1,6 % le mois précédent.

Net repli des prix de l’énergie

Sur un an, les prix de l’énergie se replient de 4,0 % en mars, après +1,1 % en février. Il s’agit de leur plus forte baisse depuis mai 2016. Le recul des prix des produits pétroliers s’accentue fortement à -8,8 % sur un an, après -0,5 % en février : sur le mois, ils chutent de 6,5 % après -4,3 % le mois précédent, en lien avec la forte baisse des cours des produits pétroliers depuis le début de l’épidémie de Covid-19.

Les prix du gaz suivent le même mouvement : sur un an, ils reculent de 12,1 %, après -9,4 % en février. En revanche, les prix de l’électricité augmentent de 9,7 % sur un an, comme le mois précédent.

Repli des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés se replient de 0,4 %, après un rebond ponctuel à +0,3 % le mois précédent lié à la durée écourtée des soldes d’hiver. Les prix de l’habillement et chaussures ralentissent à +0,1 % sur un an, après +2,1 % en février. Les prix des « autres produits manufacturés » baissent de 0,1 %, après +0,5 % en février. Les prix des voitures neuves ralentissent (+1,0 % sur an après +2,0 %), en lien avec de nombreuses promotions sur le mois. Les prix des appareils ménagers (-1,9 % sur un an après -1,1 %) reculent davantage que le mois précédent. Parmi les produits fortement consommés depuis le début de la crise sanitaire, les prix des produits d’entretien et de nettoyage baissent davantage (-1,7 % sur un an, après -1,1 % en février) et ceux des articles d'hygiène corporelle, de bien être et produits de beauté reculent un peu moins (-0,5 % après -0,6 %). Les prix des autres articles de papeterie et de dessin ralentissent à +0,7 % après +0,9 % tandis que les prix des articles en papier accélèrent à +0,4 %, après une stabilité en février.

Enfin, la baisse des prix des produits de santé s’accentue à peine (-2,4 % sur un an après -2,3 %).

Nette baisse de l’inflation dans les services

Sur un an, les prix des services ralentissent fortement en mars : +1,1 % après +1,4 %. Fortement affectés par les mesures de confinement, les prix des services de transport se replient nettement (-1,0 % sur un an après +1,8 %). Ceux des transports aériens baissent de 4,4 % sur un an après +3,8 % en février : sur le mois, le recul des prix, pourtant saisonnier en mars, est nettement plus prononcé que l’année précédente. Les prix des transports ferroviaires baissent davantage (-4,2 % sur un an après -3,5 %). Les prix des « autres services » ralentissent à +1,5 % sur un an, après +1,9 %, dans le sillage de ceux des services d’hébergement (+1,6 % après +3,2 %), des forfaits touristiques (+5,2 % sur un an après +7,0 %) et des assurances (+1,2 % après +2,5 %). La hausse des prix des services de communication s’atténue également (+2,0 % après +2,2 %). Les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères sont à peine plus dynamiques (+0,5 % sur un an après +0,4 %). Les prix des services de santé augmentent de 0,3 % sur un an, après une stabilité le mois précédent.

Hausse à peine plus soutenue des prix alimentaires sur un an

En mars 2020, les prix de l’alimentation augmentent de 1,9 % sur un an, après +1,8 % en février. Ceux des produits frais sont nettement plus dynamiques que le mois précédent (+4,7 % sur un an après +3,3 %), dans le sillage de ceux des légumes frais (+4,8 % après +2,8 %) et des fruits frais (+5,1 % après +3,4 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation ralentissent de nouveau (+1,4 % sur un an après +1,5 %), notamment ceux des boissons alcoolisées (+1,3 % après +1,9 %). Parmi les produits particulièrement achetés depuis le début de la crise sanitaire, les prix des pâtes alimentaires et couscous reculent en mars (-0,6 % après +0,2 %) tandis que ceux des poissons surgelés ralentissent (+2,7 % après +3,2 %) de même que ceux des conserves à base de poisson (+0,7 % après +0,9 %), du lait, fromage et œufs (+1,0 % après +1,3 %) et des huiles et graisses (+0,4 % après +0,6 %). Les prix des légumes surgelés accélèrent (+1,4 % après +0,9 %) ainsi que ceux des légumes secs ou en conserve (+1,6 % après +1,3 %) et des autres tubercules (+0,6 % après +0,5 %). Les prix du riz (-0,1 % après -0,9 %) et ceux de la farine et autres céréales (-0,5 % après -0,6 %) baissent moins fortement et le prix du sucre recule de 0,9 % sur un an, comme en février.