Migrants mineurs

Un jeune migrant. Photo Unicef.
L’Unicef (United Nations International Children's Emergency Fund, le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance) publie des données alarmantes issues d’une enquête menée auprès de 4 000 enfants, jeunes réfugiés et migrants à l’approche du sommet de Marrakech pour l’adoption du Pacte mondial sur les migrations.
Centre de rétention administrative du Mesnil Amelot
Pour la seconde en moins de quinze jours, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, dit avoir écrit hier au premier ministre Édouard Philippe pour l’alerter une nouvelle fois sur la « situation inacceptable » de très jeunes enfants. Dans la nuit du 6 au 7 mars, au moins dix enfants (un nourrisson d’un mois, un autre de quatre mois, une fratrie de trois enfants de 3 mois, 3 et 6 ans et une fratrie de cinq enfants de 7, 9, 11, 16 et 17 ans) se trouvaient en effet enfermés dans le centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot.
S'abonner à Migrants mineurs