Écoutes judiciaires

Thierry Herzog, Nicolas Sarkozy et Gilbert Azibert
Au lendemain de la décision de première instance condamnant l’ancien chef de l’État Nicolas Sarkozy, l’avocat pénaliste Thierry Herzog et le haut magistrat Gilbert Azibert à trois ans de prison, dont un an ferme, des chefs de « corruption », active pour les deux premiers et passive pour le troisième, et de « trafic d’influence », la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a rendu une décision contre le parquet estonien qui pourrait servir les intérêts des trois présumés innocents et nourrir la réflexion de la cour d’appel qui aura à se prononcer dans un an ou deux.
Les quatre PME chargées des écoutes téléphoniques pour le ministère de la justice ont décidé de reprendre vendredi leur tâche qu'elles avaient suspendue en raison d'un différend avec le ministère, qui a exprimé sa satisfaction.
S'abonner à Écoutes judiciaires